JACQUES-BERNARD MAGNER

À plein régime sous un vent de force 5 (La Montagne-22/04/2016)

parc eolien1

 

Sous un vent de force 5, les six éoliennes géantes de Saint-Julien-Puy-Lavèze ont été inaugurées à plein régime, hier, en fin de matinée.

Le vent soufflait à 40 km/h, hier matin, sur les contreforts du Sancy, faisant gronder à plein régime les six éoliennes du parc de Bajouve. Des conditions idéales pour inaugurer avec effet ces machines monumentales de 150 mètres de haut, dominant le village de Saint-Julien-Puy-Lavèze (Puy-de-Dôme), à deux pas de l’A89.

Six autres en 2017

Le temps des politiques n’est pas celui des techniciens : entre l’idée d’utiliser la puissance énergétique du vent dans ce coin du SancyArtense, la construction des éoliennes et leur entrée en production, il s’est écoulé pas moins de « douze années de travail collectif ».

Patrick Simon, directeur général adjoint de RES (Renewable Energy Systems), la société en charge de la réalisation et de l’exploitation du parc de Bajouve, s’est plu à rappeler cette réalité souvent méconnue de l’opinion publique devant les élus des collectivités concernées.

Selon le responsable de la société concessionnaire, les six pales géantes fournissent depuis décembre 2015, date de leur mise en service, 26 millions de kilowatt/heure, ce qui représente l’alimentation électrique nécessaire à 12.000 personnes.

Et comme pour répondre à ses détracteurs, Patrick Simon a certifié que la filière éolienne en France avait créé 2.500 emplois, que le parc de Bajouve avait donné du grain à moudre aux entreprises locales et que son exploitation allait « éviter l’émission de 10.000 tonnes de CO2 par an ».

parc eolien2Lors de l’inauguration de l’une des éoliennes (*), Félix Maurin ingénieur Construction de RES, a indiqué que six autres machines seraient posées à proximité, dans le bois de Bajouve « d’ici la fin de l’année avec production en 2017 ».

En Auvergne, le schéma régional climat air énergie (SRCAE) escompte 250 éoliennes à l’horizon 2020 avec une multiplication par trois en 2023. Un objectif somme toute modeste si l’on sait que l’éolien, le solaire et l’hydraulique ne représentent que 17 % des énergies renouvelables en France.

(*) En présence d’Yves Clamadieu, maire de Saint-Julien-Puy-Lavèze ; François Marion, président de SancyArtense ; les maires des vingt-six communes de la communauté ; Christine Pirès-Beaune, députée de Riom ; Jacques-Bernard Magner, sénateur.

 

Les retombées financières

Yves Clamadieu, le maire de Saint-Julien-Puy-Lavèze, et François Marion, le président de la communauté des vingt-six communes de Sancy-Artense, ont reconnu que les retombées financières « n’étaient pas négligeables ». Les six propriétaires sur le terrain desquels ont été construites les éoliennes recevront 5.000 euros de redevance annuelle tandis que Saint-Julien se voit gratifier de 3.000 euros de location, 6.000 euros de convention et 6.000 euros de taxe foncière, soit 15.000 euros au total. Sancy-Artense bénéficiera de 70 % des 84.000 euros dégagés par la taxe foncière (le reste allant au Département)… en attendant la fusion, en 2017, avec Rochefort-Montagne.

Inscription lettre d'information

Jeudi - Sem. 33 1 6 Août Armel FPremier quartier

Agenda

loader

Videos