JACQUES-BERNARD MAGNER

reseauxdaidesecoles

M. Jacques-Bernard Magner attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale et de la jeunesse sur ses propos du 3 octobre 2017 devant les députés : « les maîtres G et E ne sont pas remis en question. Nous avons besoin, dans le système scolaire, de psychologues, nous avons besoin de maîtres E, nous avons besoin de maîtres G ».

Or la situation des réseaux d'aide aux élèves en difficulté (RASED) dans le Puy-de-Dôme est devenue insupportable. Le bilan de la première phase des mutations laisse malheureusement sept postes RASED vacants : cinq postes spécialisés « aide à dominante pédagogique (maîtres E) » et deux postes spécialisés « aide à dominante relationnelle (maîtres G) ». Il faut y ajouter un poste E situé en secteur éducation prioritaire renforcée et un poste G non remplacé. Ainsi, au total, neuf postes RASED seront inoccupés à la prochaine rentrée alors même que des enseignants sont volontaires pour occuper ces postes ou accéder à la formation leur permettant d'exercer ces missions. Les enseignants spécialisés des RASED sont en première ligne pour remédier aux difficultés d'adaptation à l'école relevant des rapports au savoir, à l'apprentissage et à la vie en collectivité, en présence ou non d'un handicap reconnu. Si la situation perdure, la prévention de l'échec scolaire sera gravement mise en cause, avec le risque de voir un grand nombre d'enfants verser dans le champ du trouble ou du handicap, faute d'aide spécialisée « ordinaire ». L'école inclusive doit bénéficier des moyens nécessaires à sa mise en œuvre sans remettre en cause les métiers de l'adaptation scolaire. Il lui demande donc de bien vouloir prendre les mesures nécessaires afin de pourvoir l'ensemble des postes RASED pour que tous les territoires puissent être couverts par des RASED complets dans l'esprit de la circulaire de 2014 toujours en vigueur.