JACQUES-BERNARD MAGNER

La majorité de droite du Sénat a supprimé le compte pénibilité-retraite dans la nuit de mardi 4 au mercredi 5 novembre 2014. Ce qui constitue  l'une des mesures phare de la réforme des retraites, dont le Medef réclame la disparition, le jugeant "inapplicable" et "anxiogène" pour les entrepreneurs serait donc

aujourd’hui abrogé si la droite gouvernait le pays.

Dans la nuit du 4 au 5 novembre, 187 sénateurs de droite (UMP et centristes) ont voté pour la disparition du compte pénibilité. En revanche 152 élus de gauche (PS, PCF, écologistes et la quasi totalité du RDSE, à majorité PRG) ont voté contre.

Le texte relatif à la simplification de la vie des entreprises pour lequel le gouvernement a demandé la procédure d'urgence, c'est-à-dire une lecture par chambre, devra faire l'objet d'une commission mixte paritaire (sept députés et sept sénateurs) chargée de trouver une version commune.

Heureusement, en cas d'échec, c'est l'Assemblée Nationale où la gauche est majoritaire qui aura le dernier mot !

C’est l’exemple de ce que ferait la droite si elle revenait au pouvoir dans ce pays, le retour sur toutes les mesures sociales qui sont prises par la gauche en faveur des plus fragiles. Ainsi, la loi du MEDEF s’appliquerait dans toute sa rigueur.

 

Jacques-Bernard Magner

Sénateur du Puy de Dôme

Inscription lettre d'information

Mardi - Sem. 43 2 3 Oct. Jean de Capistran MPleine lune

Agenda

loader

Videos