JACQUES-BERNARD MAGNER

CHRSJ'ai attiré l'attention de M. le ministre des solidarités, de l'autonomie et des personnes handicapées sur les inquiétudes des associations du secteur de l'accueil, de l'hébergement et de la mise à l'abri à l'approche de la période hivernale, compte tenu de la baisse du recours à l'hôtel engagée au printemps 2022 et d'une augmentation de nombre des arrivants.

Cette situation conduit à l'augmentation du nombre de sorties sèches du dispositif d'hébergement. De plus, les moyens de ces associations se réduisent, diminuant leur capacité à réaliser leurs missions. Le secteur subit comme les autres l'inflation et l'augmentation des coûts de l'énergie. Il est ressorti fragilisé par plusieurs années d'application de la convergence tarifaire négative pour les centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) et n'a plus la lisibilité budgétaire pluriannuelle qu'il croyait finalement acquise dans l'arrivée des contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens. Enfin, le secteur doit faire face au financement des revalorisations salariales issues du Ségur. De nombreuses personnes accueillies dans les institutions de ces associations se trouvent encore en attente de recevoir une réponse à leur demande de séjour et donc à leur droit à exercer une activité professionnelle : les délais de réponses sont actuellement très longs et ne permettent pas un renouvellement dans l'occupation des places au sein des structures. La recherche de fluidité devient ainsi un enjeu pour permettre de répondre à l'augmentation du nombre des arrivants. Il lui demande donc de bien vouloir lui préciser la stratégie globale et la déclinaison territoriale en matière d'accueil, d'hébergement et de mise à l'abri des personnes en grande précarité qu'il entend mettre en place.